Nous sommes allés au Wakanda

Le voyage que nous allons effectuer dans ce billet est un peu inhabituel pour notre blog, et pour cause… Nous allons parler film. Cela ne signifie pas que nous n’allons pas voyager, ne serait-ce que grâce à notre imagination. Je voudrais aussi oui, parler ici d’imagination. Les enfants et moi avons visité deux fois le Wakanda. Mais où se trouve le Wakanda?!

Le succès de Black Panther n’a pas du vous échapper, il me semble que je suis tombé sur une chronique à son sujet toutes les deux heures depuis la sortie du film. Succès au box-office, mais aussi succès dans nos cœurs. Je ne m’étalerais pas sur les décors que j’ai trouvé bien foireux (pour être plus exacte, jolis mais plutôt cheap), ce n’est pas cela le plus important. Plusieurs mois avant la sortie du film, avant tout ce buzz, l’un de mes fils, féru de l’univers Marvel et autre Ligue des justiciers m’a innocemment demandé s’il n y avait pas de super-héros Camerounais. Quoi, mon fils? Mais si, mais si. Sa question m’a interpellée, et mon cœur de panafricaine s’est dit qu’il y avait là, un manque à combler. “Bien sûr, mon fils, que ton pays regorge de héros qui malheureusement pas médiatisés”. Du coup, j’ai eu bien du mal à lui en montrer un aux supers pouvoirs, égaux à ceux de Superman. Puis Black Panther est sorti, comme une réponse à mes prières, pour le plus grand bonheur des enfants.

the world of wakanda

Nous sommes allés voir le film mais au-delà de l’histoire, j’ai pu partager avec mes enfants le plaisir d’aller voir des héros qui nous ressemblent, qui vivent à des endroits familiers et dont les référence nous rappellent notre vie quotidienne. A un moment même, les enfants m’ont dit “tiens maman, la dame porte une robe comme la tienne”.

Et puis, j’ai pu parler à mes enfants des “dora milaje” originales, les “mino”, amazones du Dahomey qui ont dédié leurs vies à la protection du roi et du royaume. Guerrières acharnées et indomptables, elles ont défendu le royaume contre l’armée coloniale.

les-amazones-du-dahomey

Avec les enfants, nous avons aussi parlé de la tribu des Himbas au nord de la Namibie, dont les femmes se distinguent par leurs coiffures faites à base de poudre ocre rouge, synonyme d’élégance et protection contre le soleil. Nous en avons aussi appris plus sur les ornements labiaux, des plateaux portés très tôt par les petites filles sur les lèvres dans certaines tribus, notamment les Mursi en Ethiopie. Ces disques plats souvent d’une circonférence impressionnante sont signes de beauté et de prestance chez les femmes qui les portent.  Enfin, la curiosité des enfants a été assouvie concernant les rituels de scarification et les raisons de leur existence.

En gros, Black Panther m’a permis de montrer aux enfants que notre continent a toujours été source d’inspiration artistique et qu’en apprenant plus sur les différents modes de vie dans les diverses régions, ils pouvaient eux aussi imaginer et créer des univers fantastiques avec des héros qui leur ressembleraient.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s